mardi 14 octobre 2014

Erable en automne (et c'est pas de la botanique)

Après les bonnets et les mitaines il était logique que je vous fasse une écharpe.

Ici on ne parlera pas de la grrrrrrrande écharpe qu'on entortille joyeusement autour du cou (tiens, d'ailleurs Daily Mimolette en a fait une très chouette là)

Non non non! Le sujet du jour est la toute petite, qui se glisse sans encombre pour combler le décolleté ravageur (pour les bronches) du manteau d'hiver traitre (le manteau et l'hiver tant qu'on y est).

Je suis partie d'une paire de pelotes d'une laine douce, pas vraiment poilue, d'un rouge profond trop tentant avec une brillance sympathique dans le fil. Comme j'aime les points en relief et que le fil s'y prêtait, je suis partie sur un principe de torsades.

Autant le savoir tout de suite, la torsade c'est ludique mais pas forcément évident-évident à gérer.

C'est ainsi qu'il m'a fallut pas moins de trois tentatives avant d'arriver à mes fins, tout ça pour oublier de prendre en notes le modèle définitif...Mais tout va bien: elle est finie et montrable!!!

Feuille d'automne
Rouge comme une feuille prête à tomber, ma petite écharpe se ferme grâce à deux feuilles qui peuvent se poser dans l'échancrure de votre manteau.

Toute dépliée, elle se présente ainsi:


Les passants d'attache se cachent dans le motif feuillu, je suis assez fière de moi sur ce coup!
Comme vous pouvez le constater, finalement elle est un peu poilue cette laine: C'est l'incertitude du fil, le poil s'est révélé après coup (ce n'est quand même pas du mohair) mais elle luit doucement au soleil (il faut me croire sur parole: en photo je n'arrive pas à le montrer)

Côté pratique, ma petite feuille fait 52cm de long (hors feuilles) et 14cm de large.

Cette petite merveille (ça va les chevilles? Pas besoin de bandes molletières?) est à votre disposition à la boutique en échange de 25€ (par correspondance les frais de port sont en sus mais pas le paquet-cadeau qui est réalisé sur simple demande)

Il semblerait que le soleil ait décidé de trainer encore un peu par-ici et c'est tant mieux: Le week-end prochain c'est la Fête de la châtaigne à Saint-saulge! Viendez nombreux!!!

A+

jeudi 9 octobre 2014

Anti-frimas, la suite

Comme promis, après la série de bonnets d'hier, je vous présente une brochette de mitaines.


Parce que la mitaine permet de garder les mimines au chaud tout en conservant la précision des doigts (z'avez déjà essayé d'ouvrir une serrure avec des moufles?)

En toute impartialité j'ai donc décidé que ce serait l'accessoire ultime pour cet hiver!

Le premier qui me dit que c'est crétin passq' ça garde au chaud la seule partie de la main qui ne refroidit pas, je le...je préfère ne rien dire et garder mon quand à soi, moi, toi...ch'ais pas mais c'est terrible!

Donc, mes mitaines so 14:

Des mitaines courtes, en acrylique vert amande (ou céladon, donc...) ajourées sur le dessus de la main et ornées d'une rangée de petits boutons de nacre vintage.
C'est là donc (céladon, vous z'aviez compris)

Une paire bicolore bleu chiné/blanc (remember Toctoc? C'est le même fil)
Paimpol plage

Enfin, de la même couleur que Crème glacée mais avec une touche d'orange et une rondelle ornementale à l'intérieur du poignet:
Zeste d'orange
Toutes ces mitaines sont de taille 7/7,5 , avec de la marge grâce à la souplesse de la maille (on peut monter environ à une taille au dessus). Elles sont toutes en fil acrylique épais (et donc moelleux) aisé d'entretien.

Par ailleurs, elles sont en vente à la boutique au prix de 15€ la paire (par correspondance les frais de port sont en sus mais pas le paquet cadeau qui est réalisé sur simple demande)

Vu le temps qu'il fait aujourd'hui, je ferai mieux de fabriquer des bottes en caoutchouc...je retourne à mon chantier en cours.

A+

mercredi 8 octobre 2014

Bientôt les frimas

Mais non, je ne suis pas négative comme fille, juste réaliste.

Sachons affronter la vraie vie (au cas où il y en aurait une fausse...) début octobre est bien l'ouverture de la saison des froidures, on y peut rin c'est comme ça.

Les premiers jours de l'automne me donnaient l'impression d'exécuter une tache absurde. Quand il fait presque 25°C à l'ombre il n'est pas aisé de se convaincre de l'utilité de mailles chaudes, même si j'ai rentré mes plantes vertes par peur d'un rhume végétal...(on ne parle pas assez des fièvres de l'aralia)

Hier je n'ai pas photographié mes derniers bonnets pour cause de pluies insistantes et de lumières beurks.
C'est du passé: ce midi le soleil est revenu (avec de bonnes bourrasques de vent bien chaud) it's shootin' time!

Voyons les tendances de cet hiver 2014 vues par la vache

On commence avec un petit bonnet, tout simple, facile à porter, facile à entretenir (100% pur acrylique):
Soleil du nord
Vu de dos, il exhibe son potentiel décoratif:


Le suivant est plus débridé (jeu de mot moisi de crocheteuse, promis je le ferais plus...ou pas!) mais tout aussi aisé d'entretien (acrylique quand tu nous tiens)
Crème glacée, sans cornet!
De face


Parfaitement urbaine, la toque chinée (je suis très acryl cette année)
Toc-toc


Et, enfin, ZE bonnet de lutin (enfin de la laine!) avec ses boulettes de laine mèche et son maxi-pompon tout mou/tout doux:
ZE moutonneux
Son bord-côtes est rabattable selon votre envie


Tous ces bonnets sont proposés à la vente au prix de 18€ pièce à la boutique (par correspondance les frais de port sont en sus, mais pas le paquet cadeau fait sur simple demande)
Ils sont tous taille adulte (sachant qu'ils conviennent à un tour de tête moyen de 57cm, la maille étant extensible ils peuvent convenir à des têtes un peu plus petites ou plus grandes)

J'ai bien fait de m'y mettre point trop tard: les nuages reviennent!

Demain je vous montrerais une sélection de mitaines plus ou moins assorties...

A+

mardi 30 septembre 2014

W.I.P

L'avantage dans la décoration d'une nouvelle pièce, c'est que c'est un parfait alibi pour se lancer dans un nouveau projet.


C'est le cas avec la chambre jaune (je vous en avais parlé ici)

Une nouvelle chambre (avec des couleurs inédites jusqu'à présent chez nous) a besoin de plein d'accessoires pour exister, non? Si!
Côté linge de lit c'est déjà fait avec la couette en draps de récup'.
Oui mais par chez nous les hivers sont moins que tropicaux...On a vraiment besoin de réchauffer la couette (ne me parlez pas de comparse ou de radiateur, là n'est pas la question!)
Quoi de mieux qu'un plaid...crocheté (ben voyons) pour parer les défaillances de la dite couette!

Mon choix s'est porté sur la fameuse Sunny spread (le patron gratuit est là, en anglais) vue et revue sur Pinterest et moultitude de blogs mais ce n'est pas par hasard: elle est achtement bien!

Ce modèle est simplissime à mémoriser et permet une grande quantité de variations (sans être un caïd des maths)
Le seul défaut de ce plaid est justement sa simplicité (l'équivalent pour une tricoteuse de mètres carrés de jersey, si vous voyez ce que je veux dire...) une fois mémorisé on s'ennuie ferme, seule une Pénélope peut envisager de la faire monochrome!!!

Fort heureusement, je me suis débrouillée pour ajouter un peu de suspens typique de moi: Aurais-je assez de fil pour la terminer? Sachant qu'une partie des pelotes fût achetée en brocante et que ce sont des fils vintages (même leurs filatures n'existent plus, c'est dire) on peut savourer le piment de la situation...

Je ne vous laisserais pas languir plus longtemps, en fait j'en ai suffisamment!

Bon, je cause je cause mais on ne voit pas le truc dont on parle!

TAD...dam, mais elle est toute pourrite cette photo, on voit rien!

Là c'est mieux!
Ne me dites pas qu'elle a une forme bizarre ma couvrante, je vous avais prévenu dès le titre: C'est un WIP (work in progress dans le texte, un chantier en cours quoi!)
Mine de rien, j'en suis à 64 carrés c'est pas si mal...bon, c'est moins réjouissant quand on sait qu'elle en fera 165 à la fin (je ne veux même pas penser à la bordure...) et que je n'en fais que deux par jour...

Promis juré, dès qu'elle est achevée (mais pas moi) je vous la montre (en situation ce sera mieux)

Le soleil joue les prolongations et ce n'est pas pour me déplaire, du coup je travaille avec la porte de l'atelier ouverte sur le jardin: on se croirait au printemps!

A+

mardi 23 septembre 2014

Erreur 404, 405 voir 4632!!!

Bonjour à tous!
Désolée de ne pas vous avoir écrit depuis mon retour mais ma boutique nécessitait toute mon attention (faisage des vitrines, étiquetionnement des nouveautures, extirpation des faucheux installés en travers de la porte, pfff qué boulot ma pov')
[j'arrête là, mon correcteur orthographique va bugger]

Corrigeons cette absence de billet par un exercice d'explosion de l'égo: le plantage dans les grandes largeurs (je ne parle pas de mes hanches)

En préambule, une petite devinette: Quelle différence y a-t-il entre un pull loose et un pull de la loose?
Réponse: le deuxième ne se porte pas!!!

g
ceci est la seule photo de mon shrug que vous verrez...

Tout a commencé avec un lot de pelotes de fil coton Lana stop trouvé à un prix défiant toute concurrence chez Noze...
Je peux casser du sucre sur le dos de ces pelotes (l'image est étrange) vu qu'elles ne sont plus produites:
Il est tout pourri ce fil!!! (aaah, ça fait du bien!)
J'aurai dû me douter qu'il y avait un lézard: un si chouette fil, d'un indigo si profond (noté comme naturel, mais j'ai pas compris pourquoi) pour un prix aussi rikiki ça ne peut pas exister!!!

C'est en commençant mon ouvrage que j'ai commencé à comprendre: la couleur ne tient pas, après dix mailles mes mains et mon crochet deviennent tout bleu!!!

Etant une kamikaze confirmée (oui oui, j'ai mon diplôme!!!) je continue (même pas mal, le savon c'est pas pour les chiens)
Mon autre souci vient du poids du fil...oui le coton est une fibre lourde [petit interlude où je sanglote] oui, je le savais en commençant et non je ne l'ai pas pris en compte en choisissant la taille de mon gilet (tiens c'est vrai ça, je ne vous l'avais pas précisé: on parle gilet ici!)
C'est ainsi que je me suis retrouvée avec un gilet si surdimensionné qu'il ne tenait pas sur mes épaules (sachant que c'est un modèle près du corps, on imagine le bug) [re-sanglots]...moment d'intense solitude.

Kamikaze confirmée ET obstinée, je défait tout pour recommencer avec un crochet nettement plus petit...
Tout à l'air de bien se passer (à part les mains bleues, mais on s'y fait) j'assemble, je lave (l'eau noire tellement elle est bleue, c'est normal docteur?) je laisse sécher, je couds mes boutons (tiens le fil blanc devient bleu...)

C'est ainsi que mon joli shrug (modèle visible ici, pour info) est toujours trop grand (gnnnn) mais en plus devient chiné (une barre plus claire est apparue sur le devant) tout en me teintant la peau d'indigo (ayant une peau réactive, je m'attends à de belles plaques d'eczéma si je le porte plus de cinq minutes...)

Je tiens à préciser que le plantage ne provient pas du patron (je l'ai fait il y a quelques années de cela et tout s'était bien passé) mais bien de l'association moi+fil!!!

Ce naufrage textile m'a quelque peu ruiné le moral mais je tente une convalescence à base de bonnet (ben oui, winter is coming tout de même)

Je vous tiens au courant...

A+

mercredi 3 septembre 2014

Je n'ai pas la bosse du commerce

Et c'est dommage quand on est commerçante!

Ben oui, à la boutique je ne sais pas refiler l'article dont personne ne veut, je ne sais pas non-plus vendre à un client qui ne veut pas acheter, pas plus que je ne sais inciter les clients à choisir l'article le plus cher.

Dans la même veine, j'ai eu envie de faire une poupée pas destinée aux enfants...Quand on sait que je suis installée dans un petit village en pleine campagne, on en déduit que c'est un acte des plus débiles.
Je ne dis pas que mes clients habituels ne peuvent pas comprendre, non non! C'est juste que c'est un article segmentant (comme on dit chez les marketeurs) et qu'avec la faible densité de population dans la région, l'éventualité de tomber sur le client adéquat est limitée...

Bon, après ce prologue dépressif, passons aux choses sérieuses!

L'avantage d'être à son compte c'est qu'on fait ce qu'on veut (même si c'est débile, comme sus-mentionné!)

Pour ceux qui me suivent sur fb, ou ceux qui ont lu certains vieux billets, vous savez peut-être que je m'intéresse aux artistes de burlesque (le strip-tease chic et militant, en simplifiant à l'extrême)

J'aime cet univers un poil décadent (non, il n'y a pas de jeu de mot) visuellement riche et délirant.
J'admire ces filles (y'a aussi des garçons mais ils m'émeuvent moins) effrontées, drôles, cultivées et talentueuses: elles sont une vraie représentation du Girl Powerrrrr (mais pas les Spices girls, non non!)

Tout ça pour justifier la naissance d'une nouvelle poupée dans mon atelier. J'espère qu'elle vous plaira, j'y ai mis beaucoup d'amour et de joie.

Je vous présente, donc, Sue Blime (là, y'a un jeu de mot!)  


C'est la plus grande de toutes les poupées que j'ai réalisé jusqu'à présent (40cm de la pointe des bottines au sommet du bibi, avec un crochet de 2mm ça calme!)


Elle est presque-habillée d'un corset en velours rehaussé de broderies avec une pointe de lamé (on est show-girl ou pas!)


Comme beaucoup de ses collègues, elle est tatouée (sur la jambe, peut-être que le tatouage se prolonge sur le reste du corps on ne sait pas...)

 Plan rapproché pour mieux voir son chignon (très travaillé comme il se doit)

Ma petite Sue est un hommage à toutes ces artistes épatantes, je nomme en vrac Lada Redstar, Kitten on the keys, Evie Lovelle, Cherry Lyly Darling, Mimi Le Meaux et les autres:

Merci les filles, vous rendez ce monde un peu plus beau!

Sinon, comme d'hab', elle est disponible à ma boutique pour la somme de 65€ (par correspondance les frais de port sont en sus mais pas le paquet cadeau, réalisé sur simple demande)


Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Demain je monte à la capitale (Maison & Objet me voilà!!!)

Prenez soin de vous,

A+

mercredi 27 août 2014

Berthe

Reprenons la routine (certains prétendent que la rentrée pointe le bout de son nez, alors...) avec une nouvelle personnalité très crochetée.

Une miss que j'ai décidé de surnommer Poulpita (grand silence polit dans l'assemblée...)


A la vue de sa chevelure vous comprenez mieux son surnom, n'est-ce pas?
D'ailleurs, mon neveux (le Prince pour ceux qui suivent) m'a déclaré hier soir: "Elle a la tête de la Méduse, je trouve."

Bon, hormis le fait que sa tignasse est bleue et poulpesque, Poulpita a un grand sens de l'outfit (treu modeuse la fille!!!)

La preuve en image:


T-shirt loose, mini-jupe avec jupon froufroutant, ballerines et bangles au poignet: elle se la pète un peu...

Mais que vois-je? Mademoiselle a été bien attentive à sa pose: un détail est complètement gommé par la perspective!

Regardons un peu plus précisément:


Ah! Là on voit bien mieux: Mademoiselle a des pieds d'une taille respectable!!! Je dirais même que, rapporté à une taille d'humain, elle fait un bon mmmmm...44, 46?

Mais c'est bien sûr, Poulpita n'est qu'un surnom: dans la vraie vie, son vrai nom est BERTHE!!! 
Oueppp, comme Berthe au grands pieds (la mère de Clovis, pour ceux qui se demandent)

Bien ouej' Berthe, mais on t'a reconnu!!!

Bon, pour ceux qui s'intéressent à ce type de détails:
Berthe fait ses bons 30cm de haut (pour 4cm de pieds...) Elle est faite d'acrylique (mais le reste jupe, ballerines, t-shirt et cheveux sont en laine) et se propose à vous pour la somme de 25€ à la boutique (par correspondance les frais de port sont en sus mais pas le paquet cadeau qui est réalisé sur simple demande)

Le temps est toujours aussi automnal, du coup je n'ai aucun regret d'être dans mon atelier: c'est bientôt les vacances pour moi, le soleil va forcément reparaitre d'ici-là (on peut toujours rêver)

A+