mardi 23 août 2016

Bague monster: le tuto

A la demande générale (enfin...dans le cadre familial) je vous propose le tuto de la bague que je vous avais montré l'autre jour (là).

Edit du 24/08/16: Si les photos vous semblent étranges, pas de panique: J'ai oublié de les retourner!!! Ce que vous voyez est donc du travail de gauchère (bienvenue dans mon monde...) par contre les explications écrites sont parfaitement valides quelle que soit votre latéralité (pfff on a pas idée, être droitière quel exotisme!)


Temps de réalisation:
moins d'une heure (en comptant le choix des fournitures)

Ingrédients:
- crochet 1mm
- fil de coton (ici du Puppets n°12) de la couleur de votre choix
- yeux (les miens font 1,3cm et sortent de chez Hema)
- aiguille à tapisserie fine






Making-of:
1 On commence avec un anneau magique dans lequel on crochète 6 mailles serrées.



2 Le travail se fait en spirale, sans fermer les rangs (comme pour un amigurumi) tout en mailles serrées
A chaque rang on augmente de 6ms (rang 1: 6, rang 2: 12, rang 3: 18 etc...)
On arrête quand le disque fait le même diamètre que l’œil ( pour le mien c'est trois rangs et donc 18 mailles à la fin)



3 Le rang suivant se fait sans augmentation mais en piquant le crochet dans la boucle arrière de la maille (on crée ainsi une arête nette)
Logiquement la hauteur de ce rang suffit pour bien enserrer l’œil (sinon il faudra ajouter un rang)



4 Rang de diminutions: on diminue de 6 mailles pour coincer l’œil en place.
Pour plus de facilité je ne mets la capsule dans l'ouvrage qu'après avoir fait un demi rang.
Attention: la capsule est souple et peut marquer si on l'écrase (avec les doigts comme avec le crochet) et pourtant il faut travailler le plus serré possible au risque de voir l’œil tomber plus tard (ce qui serait horrifique)
Pas la peine de faire un nœud, on coupe le fil en laissant un bon bout pour l'assemblage.


Ouééé! Un œil de fait! Bon ben on en fait un second...sans fil d'assemblage (celui là on le range gentiment à l'intérieur)


5 On coud les deux yeux ensemble avec une couture qui passe en haut et en bas pour plus de solidité.



6 Le nez:
Toujours sur un anneau magique, on crochète 6 ms.
On double les 6 mailles (soit 12ms au total, j'en vois qui ne suivent pas!)
Suivant la longueur voulue pour le nez on fait un rang supplémentaire ou plus... ou moins...
Pour obtenir une forme de goutte on fait deux rangs avec 3 diminutions réparties également (rang 1: 9ms, rang 2: 6ms)
On coupe le fil (pas à ras hein!) en on le passe dans les mailles pour fermer (on tire!)
On coud le nez entre les deux yeux (la hauteur où on le place joue sur l'expression de la bestiole)



7 On attaque l'anneau de la bague:
Sur une chainette de x mailles (suivant la taille du doigt, j'en ai fait de 15, 20, 23, 25 mailles) on crochète en mailles serrées à partir de la deuxième boucle en partant du crochet.



8 L'anneau part two:
A la fin de la chainette on fait deux mailles en l'air et on reprend en mailles serrées sur l'autre côté de la chainette (qui du coup se retrouve au milieu du ruban crée)



9 Avec les extrémités de fil on coud l'anneau après les yeux.


Logiquement, à ce stade, vous êtes maintenant en possession d'une bague monster.
Si vous vous retrouvez avec une marmite de bœuf bourguignon c'est que vous avez zappé sur un blog cuisine...


Dans ma famille ça donne ça:


La forme du nez, le choix des capsules (identiques ou pas) la couleur du fil, tout contribue à l'expression de la chose: Soyez créatifs!

Si jamais vous en faites une, tenez moi ou courant: Je serai ravie de voir vos propres bestioles!
ps: Ce serait top-moumoute si par ailleurs vous mentionniez mon nom en cas de publication...

Pendant ce temps, je me prépare mentalement à affronter la canicule qui approche...

A+

mardi 16 août 2016

Connectée

Bon ben voilà, il fallait que je fasse mon coming out: Je suis connectée!
Elle yoyotte la pov' fille vous dites vous, bien sûr qu'elle est connectée: elle blogue!

Oui mais jusqu'à présent c'était depuis mon bon vieux PC, au frais dans mon atelier.
Et puis j'ai paumé mon bête-phone (l'ancêtre du smart phone)
J'ai passé quelques semaines sans téléphone et tout allait bien (peut-être parce qu'on a une couverture toute relative par chez moi...)
Pôpa le Grand trouvant que cette absence de technologie chez sa cadette de fille était absolument insupportable, m'en commande un nouveau derechef.

C'est ainsi que je me retrouve équipée du top de l'inventivité digitale chinoise: un smart phone!!!

Dorénavant de petits bruits résonnent tout au long de la journée dans mon atelier (merci la WiFi, la couverture réseau n'a pas changé par contre...)

Donc, si je voulait, je pourrais très bien bloguer depuis mon tamagochi...si je voulais hein!

Pour contrer toute cette digitalitude il devenait indispensable d'insérer un rien de slow-tech, c'est chose faite:

Une petite housse en presque-laine, crochetée rapidos pour protéger mon nouveau précieux.

[Le premier qui dit que l'expression de ma housse en révèle beaucoup sur mon rapport à l'évolution de la téléphonie...]

Pour vous prouver que ce n'est pas un doudou:

Ouep! Y'a bien un téléphone dedans!!!

Bon je ne ferais toujours pas de selfy (et puis quoi encore!) mais maintenant j'ai des nouvelles de ma Princesse Panda via WhatsApp en direct (et non-pas par le biais des parents) et je peux lui envoyer des commentaires crétins qui ne font pas avancer la marche du monde d'un centimètre!
Idem pour la Lutine Bondissante (qui mange des crêpes en Bretagne avec sa coupine).

Afin de rester élégante jusqu'au bout du fil je me suis fait une bague assortie (presque) à ma housse:

Comme ça je vois et j'entends en même temps!

Je pense que l'on peut désormais me penser en fille augmentée (qu'on se comprenne bien: je ne parle pas de mon tour de taille!)

Pendant ce temps je me liquéfie au fond de mon atelier: Au-delà de 30°C je ne vaux plus mon poids en saindoux...
Bronzez bien (ou pas)

A+

mercredi 10 août 2016

Qui assumeras?

Importable, c'est bien le terme pour mon dernier collier.

Peut-être sur la lancée de mes boucles d'oreilles, j'ai repensé à une série de visages de poupée en tissus qui zone dans mes boites depuis trop longtemps.
C'est typiquement le type d'objet que j'achète sans avoir la moindre idée de ce que je vais en faire.
Le prix doit être abordable et l'objet doit être fécond pour mon petit cerveau gélifié, c'est tout!

Le collier donc:


Crocheté (quelle surprise!) en coton avec quelques perles pour enrichir l'encadrement du visage (sens de la sobriété...)
Le visage dont il est question est en coton imprimé.
Après rembourrage, je l'ai agrémenté d'une chevelure de laine bleue (et violette mais on ne voit pas bien sur la photo).
Pour parfaire la chose, je l'ai décorée de strass, fleurs, rubans ainsi que d'une discrète couronne lamé argent (la sobriété vous dis-je!)

De plus près:


Et porté:


A ce moment vous devez m'imaginer en soutif' (ben ouais, mon t-shirt jaune ça le faisait moyen!) dans ma cour essayant de faire un selfy (un Nikon D200 ça pèse au bout des bras...) tout en prenant un air décontracté...

Le point fort (en dehors de son esthétique) de ce collier c'est son poids: Malgré une taille respectable, il ne pèse pas plus qu'un souffle!
On peux donc être baroque ET confortable!!!

S'il vous tente, il est disponible à la boutique pour 35€, par correspondance les frais de port sont en sus (vous pouvez me contacter par mail, le lien est en haut à droite)

Sur ce je retourne à ma table de travail, un projet me malaxe le cervelet...

A+

mardi 2 août 2016

Je te vois!

Un bijou en forme d'hommage.
C'est une forme étrange pour un bijou (l'hommage).
Mais quand même.

Que je vous présente tout d'abord l'hommagée (mon correcteur orthographique couine mais je persiste, hommagée donc):

Le Petit monde de Pÿr

Une créatrice de bijoux que j'ai découvert il y a quelques années de cela, je ne me souviens plus comment peut-être via un blog (Le sien? Je ne sais plus)
Toujours est-il que j'ai put admirer ses bijoux sur un salon de créatrices indépendantes.
Craquage total (mais vain: mon porte-monnaie était une fois de plus à plat...)

Depuis, je suis son actualité via sa page fb (là).

Pour vous décrire, elle monte des morceaux de poupées en bijoux. On se retrouve avec des mains, des yeux, des bras greffés sur de l'argent: J'adore!

Entre temps elle enrichi sa collection d'autres thèmes (les sparadraps par exemple) tout aussi intrigants mais sympas.

Pour revenir à l'hommage, il y a quelques années j'avais acheté à un collègue une série d'yeux articulés avec la ferme intention d'en faire quelque chose.
Les années filent, les yeux restent sagement dans leur petite boite.
Je me décide enfin à agir (c'est pas trop tôt!)

Voici donc mes boucles d'oreilles inspirées par Pÿr (mais avec du crochet)


De profil on voit mieux les cils:


Portées, elles font ça:


En cas de garde d'enfants on peut porter les yeux vers l'arrière, ça permet de les surveiller le dos tourné!
Le Prince des écureuils verrait bien une version Google eyes, pour rester connecté en beauté.
Sa sœur les trouve un peu inquiétantes à la réflexion.

Moi je me retrouve avec quat'zieu.

Bientôt un autre bijou bizarre...
(mais je ne lâche pas l'idée du tableau)

A+

mardi 26 juillet 2016

Comment faire un nénuphar avec du muguet...

Pendant La bêêêle et laine j'avais craqué pour quelques écheveaux de la plus belle eau.
Le premier est liquidé dès aujourd'hui.
Vu les températures actuelles je ne risque pas de étrenner de si tôt (et, bizarrement, je ne m'en plains pas)

Il s'agit d'un modèle de Lisa Naskrent, le Water lily (le nénuphar donc) achetable (en anglais) ici

Je vous l'avais précédemment montré pas fini, pas bloqué:


Une fois achevé, cela donne ça:


Il parait pâlichon par rapport à la première photo mais aujourd'hui le soleil donne tout ce qu'il peut et je me suis réfugiée à l'ombre.

En pleine lumière il est comme ça:



Le fil que j'ai utilisé est un doux (très doux) mélange d'alpaga avec une pointe de mérinos.
La couleur porte le nom de Fée du muguet et c'est une création La magie des couleurs, la marque d'Aurélie que vous pouvez contacter via son mail: misslilly19@live.fr (pas de boutique en ligne, pas de blog, pas de page fb mais elle est gentille comme tout alors on lui pardonne!)

Pour info elle produit un bon nombre de taille de fils et une gamme échevelée de couleurs, le tout à des prix tout à fait raisonnables.

Sinon côté châle, il est un rien plus petit que prévu mais j'étais limitée par la quantité de fil à ma disposition (sans fâcher mon banquier) soit 400m que j'ai quasiment utilisé intégralement (il ne me reste qu'un tout petit peloton)
Malgré son air complexe, il n'est pas très difficile à faire dès qu'on maitrise le love knot (ou Solomon's knot)
un point moins compliqué qu'il n'y parait (pour la peine vous pouvez regarder une vidéo l'expliquant par là)

Avec ça je suis parée pour les frimas de l'automne (dès que j'aurai trouvé quoi mettre avec...)

Pendant ce temps, je réfléchis à une version crochet d'un tableau que j'aime particulièrement, affaire à suivre...

A+

mercredi 20 juillet 2016

C'est de la laine, c'est magique

Pendant ce week-end de festival j'ai contracté la fièvre acheteuse!

Faut dire que c'était une grande nouveauté pour moi de pouvoir tripoter de la fibre aguicheuse à moins de 100m de ma maison.

Petit inventaire de mon shopping:


Fée du muguet, c'est le nom de ce vert acidulé.
100 g de mélange alpaga/mérinos en provenance de la Creuse, doux, chaud (on s'en fout par 30° à l'ombre mais moins l'hiver prochain, soyons visionnaire!)
Ce fil (et plein d'autres couleurs/qualités/épaisseurs) est disponible à La Magie des Couleurs alias Aurélie Faucher, une fille adorable passionnée par son métier.
Je n'ai pas résisté bien longtemps avant d'attaquer un Water Lily de Lisa Naskrent, je vous le montrerai dès qu'il sera terminé.



Cette splendide mandarine pure laine (j'ai oublié le nom du mouton mais il est nivernais) est l’œuvre de Christine Delbove. Vous pouvez (devez?) visiter son blog (c'est là!), pour découvrir son domaine, ses confitures, sa yourte et plein d'autres trucs passionnants!
Petit bonus: non seulement c'est de la laine locale mais elle est teinté Eko-tex...



Là on a un produit un peu spécial: c'est du filé au rouet.
Deux écheveaux de Blue face Leicester vendu au profit des bergers du Ladakh.
Chaque laine est vendue à 10ctms du mètre afin d'aider à la construction de bergeries.
Pour tout savoir sur le projet, allez visiter le site de La Fibre Textile

Pendant que je cédais à l'appel du fil, Môman craquait pour une veste en feutre du plus bel effet mais elle ne la pas encore mise (c'est bizarre, à moins que la chaleur de l'été n'incite pas à porter de la laine épaisse...)

J'ai d'autres pelotes sous le coude mais (pour des raisons top-secret) ce sera pour plus tard!

L'orage approche, tous aux abris!

A+

1 mouton, 2 moutons, 3 moutons...

Par où commencer pour vous narrer le déroulement de La bêêêle et laine?

Franchement, concentrer trois jours de festival blindés d'animations, d'anecdotes, de vrais gens... me semble au dessus de mes forces!
De plus j'ai tenu à garder la boutique ouverte, il n'y a rien de plus triste qu'un village fermé pendant une fête (du coup je n'ai pas pu voir tout de tout).

C'est ainsi que j'ai décidé de vous donner un aperçu parcellaire de la chose, avec des impasses (j'ai beau essayer, je ne parviens pas à être partout en même temps!) tant pis pour vous z'aviez qu'à être là! (je sais je suis méchante mais je suis comme ça)

Le vrai début pour moi c'était la préparation du yarn bombing:
Point de départ de notre ouvrage: le Tacot (ouep, avec un t majuscule: c'est une figure de l'histoire du canton) que nous avons décidé d'habiller de laine!


Plus d'un mois de crochet et de couture et d'angoisses (est-ce que ce sera prêt à temps, est-ce qu'on aura assez de tricot toussa toussa)

Deux café-tricot pour mobiliser les troupes (un grand merci au Bistroquet pour son accueil chaleureux) et un après-midi pour enfiler le pull de notre tacot:

le chantier avec une partie de l'équipe de montage

 Et...TADAAAM!!!



Le tacot n'était pas la seule œuvre collective, chaque commune de la Communauté de communes (ancien canton) a réalisé quelque chose (proportionnée au nombre d'habitants):


Je présente toutes mes excuses à la commune de Bona, la photo ne rend pas justice à votre travail mais je n'ai pas de cliché correct...

L'avant-veille il était temps d'installer les infrastructures:

un vrai travail d'équipe: c'est que c'est grand une maison à moutons!

Le vendredi matin les exposants arrivent pour le marché laineux (aka Pourquoi tant de laine)



Le samedi à huit heure du matin, le méchoui débutait sa cuisson (après le café du petit déj', ça fait tout bizarre)
Après réflexion je me demande si ce n'était pas un rien sadique de le faire à proximité du barnum des moutons...



Les moutons d'exposition atterrissent:

c'est rapide un mouton!


 Peu avant midi le troupeau arrive en centre-ville:



Là on est que le samedi midi, encore un jour et demi de festivités!

Je n'ai pas pu assister aux conférences, démonstrations, ateliers et autres (et ce n'était pas faute d'envie!) donc je ne vous les raconterais pas...

Mais le spectacle du soir était top de chez top!
Pour un petit aperçu, filez là! ("filez" ça c'est du jeu de mots laineux!)
C'est du cirque moderne, c'est drôle, c'est intelligent que demander de plus?

Le dernier jour je travaillais le matin (donc que pouic à vous montrer) et l'après-midi j'étais à la buvette (la tireuse à bière n'est pas mon amie!)

J'ai donc raté, en vrac:
-la sieste contée
-la tonte (strip tease ovin)
-les démonstrations de chiens de troupeaux
et tout le reste!!!

Là je commence à saturer de mon clavier, demain je vous montrerais mes achats...

A+