mardi 17 octobre 2017

La belle rousse

Après mon presque Klimt, je persiste dans mon hommage à mes peintres préférés.
On reste dans la même période picturale: la sécession viennoise.
 Un peintre un poil moins connu en France mais bouleversant (et aussi scandaleux de son vivant)

J'ai nommé: Egon Schiele!

Les œuvres les plus marquantes pour moi sont ses dessins.
Il était donc logique que je me penche sur une version crochetée...

Parmi tous ses dessins, un reste gravé depuis lurette dans ma mémoire: une jeune femme rousse, déshabillée mais pas nue regardant le spectateur droit dans les yeux.
Une grande modernité malgré les vêtements d'époque, cette femme pourrait poser pour un de nos contemporains.

Enfin bref, je l'aime d'amour!

Voyons voir ce que cela donne en 3D:


Héhéhé! Elle est de dos pour prouver qu'elle est bien en volume (ça fait durer le suspense en plus)


De face elle est ainsi:



Je lui trouve un petit air de Léa Salamé, pas vous?






Si vous connaissez le dessin d'origine vous aurez remarqué que j'ai triché pour les bottines. Ben oui, elles sont juste esquissées sur le papier mais en volume il m'était difficile de retranscrire juste le trait.
Dans la réalité elles devaient être noires mais la couleur se fondait trop dans celle des bas.
Du coup j'ai opté pour un gris clair qui se rapproche plus de l'effacement d'origine.


Dernier cliché pour vous permettre d'évaluer la taille de la belle, oui c'est bien une pièce d'un euro contre son pied...


Pour l'aspect technique, elle est crochetée en coton avec un crochet de 9mm, ses vêtements sont fait avec un crochet de1.30mm (la camisole est en soie). Les cheveux sont en mohair et les bottines en laine.

Pour les amateurs, elle est disponible à la boutique en échange de 150€ (par correspondance les frais de port sont en sus)

Voilà, je crois que vous savez tout.

Profitez bien des derniers jours estivaux

A+



samedi 30 septembre 2017

Cher Gustav

Pfiou, ça fait lurette que je n'ai pas mis les pieds par ici!
Il y a presque autant de toiles d'araignées que chez moi, c'est dire...

Pour me faire pardonner je vais vous présenter mon dernier ouvrage, le tout premier du genre et vraisemblablement le plus abouti que j'ai jamais fait (tu la sens la satisfaction?)

Comme toujours il y a un point de départ, en l’occurrence mon admiration pour un artiste.
J'avais violemment pensé à reproduire un des auto-portraits de Dürer mais je ne savais pas par où commencer.
Après "la liberté guidant le peuple" j'avais bien envisagé "la mort de Sardanapale" mais une grande lassitude m'a gagné devant l'ampleur de la tâche.
Au bout de toutes ces errances m'est venu à l'esprit qu'un artiste était une source d'inspiration constante pour les crocheteuses:

Le grand, l'unique, le magique Klimt!

Ne restait plus qu'à choisir quelle œuvre...
Danaé, Le baiser, la Beethoven frise...
Finalement je me suis décidée pour le portrait d'Adèle Bloch-Bauer, une petite merveille dorée, la synthèse du style de Klimt.

Comme il s'agit d'une adaptation du tableau et non d'une copie, la chose serait en bas-relief (c'est plus drôle ainsi)

J'ai donc commencé par réaliser le buste de la belle Adèle en 3D, s'il fonctionnait je pouvais continuer (dans le cas contraire je pouvais toujours me rouler en boule de désespoir avant de passer à autre chose)

J'ai obtenu ceci:


Comme vous pouvez le constater, j'ai décidé que je pouvais m'atteler au reste du tableau...

Après un rapide croquis du "fond" de la toile à l'échelle de la dame j'ai réalisé un carré multicolore (et crocheté dans tous les sens) avant de me préoccuper de la fusion des deux (personnage et fond)
Ce ne fût pas chose évidente parce que le maestro était le champion de la discipline. Du coup j'ai utilisé la cape comme intermédiaire.

C'est à ce moment que je me suis rendu compte de la relative pauvreté ornementale de mon travail.
Les toiles de Klimt débordent de micro-motifs!
Armée de mon crochet (0.9mm) et d'une bonne dose d'optimisme j'ai ainsi fabriqué une ventrée de minis carrés, triangles, ovales, ronds pour les appliquer sur l'ouvrage (sans parler des paillettes, perles et fils).


Une vue de près :


Cet ouvrage est le plus ambitieux que j'ai réalisé jusqu'à présent mais aussi le plus long. Pour vous donner un point de repère, j'ai commencé cet ouvrage le 5 septembre. Si l'on enlève la semaine de vacances que j'ai pris et les clients que j'ai accueillis...

Pour les étapes intermédiaires jetez un œil sur mon Instagram (valerielavache) j'ai pris des clichés rapides en court de fabrication.

C'est hier matin que j'ai décidé que la chose était achevée:



Pour parachever mon "œuvre" j'ai choisi de l'encadrer avec une baguette ancienne (qui doit avoir à peu près l'âge du tableau original) laquée en noir:


Et voilà un mini presque-Klimt de 36cm de côté (l'original fait 138cm)!


Dernière vue, une partie des fils utilisées (ils n'y sont pas tous!):


Le temps de trouver une place à la boutique et il sera mis en vente au prix de 180€ (je suis moins chère qu'une ouvrière bangladaise...)

Bon c'est tout pour aujourd'hui, je vais essayer de venir plus souvent par ici (j'aime bien cet endroit, pas vous?)

Passez un bon week-end

A+

vendredi 11 août 2017

Comme en Islande

Au départ je voulais vous montrer en détails mon diorama tahitien, tellement raccord avec l'été caniculaire...

Et puis, le réchauffement climatique aidant, je me suis dit qu'un petit pull des familles s'imposait.

Dans mes réserves j'avais un lot de pelotes bleues acheté dans un moment d'égarement (je ne met quasi jamais de bleu, il ne restait que six pelotes, n'importe quoi donc) mais dont le prix était plus qu'incitatif.
C'est pendant une des canicules du début de l'été que j'en fais un pull. Une fois la chose achevée, fils rentrés et tout et tout, je réalise que je ne le mettrai jamais, vraiment jamais.

C'est en le défaisant que je repense à un patron que j'envisage de faire depuis longtemps.
Une adaptation au crochet de pull islandais.
Vous ne connaissez pas les pulls islandais? (instant snob)
Ce sont des pull tout simples, sans chichis mais toujours ornés d'une bande de jacquard au niveau des épaules. Passée la technique, ce qui les rends islandais c'est leur laine (islandaise, non sans blague?!) que je n'ai pas (mais on peut l'acheter chez Triscote par exemple)

Revenons à mes pelotes.
Le pull visé est le Northern dreams pullover de Julia Vaconsin (achetable ici)
Comme je n'avais pas suffisamment de laine bleue, j'ai ajouté un reste de pull aubergine, les couleurs additionnelles sortent aussi de mon stash.

Après quelques ajustements (je ne sais pas pourquoi mais je ne rentre pas du tout dans la jauge du patron) je parviens à ce résultat:


 Un bon gros pull, bien chaud, tout doux et confortable!

Tant que j'y suis je vous mets un gros plan de la frise:


Passons à la revue de détails de la bête:
Tout d'abord, réaliser qu'il faut se coltiner des mètres d'ennui profond (aka le corps et les manches) avant d'attaquer la partie fun et colorée...
Ensuite, rapport à mes problèmes de jauge, constater que l'encolure est si large que le pull ne tient que si l'on garde les bras en l'air (c'est un genre, pas pratique-pratique mais un genre tout de même)
Je me pose des questions parce que les manches étaient tout à fait correctes par ailleurs...

Tant qu'on parle des manches, le pull se fait en trois parties (les manches et le tronc) que l'on raccorde aux aisselles avant d'attaquer le jacquard.
Le souci c'est qu'on ne peut vérifier le tombé des manches qu'une fois le pull terminé. Pour le mien mes mains disparaissaient dans les manches (un autre genre, j'aime bien les manches très longues mais y'a des limites)
Qu'à cela ne tienne, j'ai coupé le bout excédentaire avant de refaire la bordure contrastée (un rien flippant mais ça marche très bien)

Dernier point, quand on fait un pull en partant du bas, l'encolure est toujours symétrique. Autrement dit, le devant et le dos ont la même profondeur (tu la sens venir l'impression de toujours porter ton pull devant-derrière?)
Je crois que c'est pour cela que l'encolure est très dégagée sur les épaules (ce qui est trop cool pour un gros pull, bonjour les frissons l'hiver!). J'ai résolu le problème en faisant quelques rangs asymétriques  (demi-brides et brides dans le dos, mailles serrées devant) assortis d'un nombre certain de diminutions.
Du coup je fais d'une pierre deux coups: mon pull ne me tombe plus sur les chevilles quand je baisse les bras et je n'aurai pas de courant d'air dans le cou!

Je râle je râle mais je suis bien contente de mon pull et ça tombe bien puisque la météo s'est mise au diapason!!!
Si je devais en refaire un autre, je pense que j'ajouterai une bande de motif en bas du corps, juste pour le fun!

Bon je vous souhaite un bon week-end, au coin du feu...

A+

mardi 11 juillet 2017

Petite famille


 Lors d'un de mes passages sur fb, j'avais remarqué un partage de Cécile Balladino, un superbe Ganesh (au crochet) (non, sans blague!).
Je l'avais remarqué mais pas enregistré (crâne de piaf).
C'était sans compter sur une amie collectionneuse d'éléphants qui m'envoie un message quelques jours plus tard: elle en voudrait un monté en porte-clef ainsi qu'un second en bijou de sac.
Fort heureusement elle n'est pas aussi évaporée que moi et m'envoyait le lien vers la bestiole.

Le fameux Ganesh est visible ici.

Après consultation du blog concerné, je déchante: c'est tout en néerlandais et y'a pas de patron...
Après avoir cliqué sur la dernière phrase (qui ressemble fort à un lien hypertexte) je me retrouve sur un pdf...du patron (celui-ci)!

Ce qui est terrible, c'est que la créatrice du patron (qui est très bien) a réalisé un Ganesh tout tristoune et bien trop sobre pour une divinité indienne.
Ce n'est donc pas sans raison que c'est celui fait par une autre qui à les préférences du public...

Revenons à nos éléphants.
Après lecture du patron, je me rends compte que le loustic est bien trop grand pour un porte-clef et qu'il risque d'être plus grand que le sac à main sur lequel il doit être accroché puisqu'il est sensé atteindre les 25cm de hauteur!
Je contacte mon amie et la préviens que je dois le faire à ma sauce, le Ganesh.
Zéro problème, elle me fait confiance (et c'est pas la première fois!)

C'est ainsi que le premier est né:

Tout en coton, il atteint la taille respectable de 9cm.


Le second suit le jour suivant:

Le fil utilisé étant un rien plus fin (j'ai aussi légèrement modifié mon patron) il ne fait plus que 7.5cm.


Mon amie apprenant que le modèle d'origine était grand s'est décidé à m'en commander un troisième... grand, cette fois-ci!

Ayant plus de place pour les détails j'ai pu lui poser des paillettes, des brodouilleries et son petit bol d'offrandes.

J'oubliais de vous préciser: il atteint, avec majesté, les 13cm!

Pour l'agrandir je suis passée d'un crochet de 1mm à un de 2mm. Bon, il est deux fois plus petit que l'original et du coup je ne sais pas s'il est assez grand, je vais demander (si ça ne va pas j'en referais un autre)

Pour vous donner une idée de la petite famille au complet:



Il ne me reste plus qu'à poser les attaches (à sac et à clefs) et tout sera achevé.
Maintenant on peut chanter:


Ne me remerciez pas, c'est un plaisir (qui va l'avoir dans la tête pour le reste de la journée?)

A+

vendredi 16 juin 2017

Un ange à mon cou

Comme vous pouvez le constater, ces temps-ci je suis dans ma période bijoux (plus connue sous le nom de "comment faire de la maille par temps chaud")

Le dernier en date est un collier, attention on sort du potager!

Le déclencheur fût un médaillon en argent, chiné je ne sais plus où, dont il manquait l'anneau (et donc le poinçon...).
Le motif est un angelot triste.
Ces médailles étaient prévues pour être gravées au revers, ce n'est pas le cas pour celui-ci.
Comme l'anneau manque impossible de l'attacher à une chaine (et je n'ai plus de fil d'argent pour en souder un: bad luck)
Il ne me restait plus qu'à crocheter un dispositif de suspension, décoratif si possible:


 L'équivalent d'un petit cadre, crocheté avec un petit (tout petit) crochet dont je ne peux pas vous donner la taille: elle est effacée (c'est un crochet ancien à dentelle) mais on est en dessous du millimètre. La partie claire du cadre est faite avec trois brins de mouliné.
Pour parfaire le tout, une fine chainette agrémentée de deux perles à reflets gris/rose.
A l'origine la médaille faisait 2cm de diamètre, avec son cadre on arrive à 5cm.
S'il vous tente, ce collier est disponible à la boutique pour 25€ (par correspondance les frais de port sont en sus).

Juste pour le fun, une vue de mon sublime studio photo (d'été):


Comme vous pouvez le constater, je dispose d'un matériel hautement sophistiqué (notamment pour l'éclairage)

Sinon, dans le domaine "prends ça dans ta face":

Je suis souvent contente de pouvoir faire des ouvrages à toute petite échelle. Au fond de mon cervelet traine l'idée (absurde) que peu de gens parviennent à faire aussi fin... Et à un moment ou un autre on retouche le sol, éventuellement passablement brutalement (oh la belle brochette d'adverbes!)

C'est ce qui m'est arrivé récemment avec Double Treble Trinkets qui montrait ses petits personnages faits avec un crochet de 0.5mm (oui vous avez bien lu!) et du fil de couture (je sors et pleure un bon coup). En plus elle met en ligne des patrons gratuits excellentissimes... Tant de talents dans une seule personne n'est pas tout à fait juste!!! (oui je suis envieuse, mais j'assume!)

Pour me remettre de ces émotions je vais prendre un congé crochetesque parce que mon bras ne veut plus suivre la cadence. Épaule, coude et poignet me font un mal de chien: la tendinite est de retour (je me parfume à l'arnica et peine à m'endormir avec un bras qui pulse)
Je pense donc me remettre à la couture et au bricolage, quelques objets attendent depuis trop longtemps un petit lifting!

Profitez bien de cet été précoce!

A+

jeudi 8 juin 2017

Production maraîchère

Il y a trop longtemps que j'habite à la campagne, ma production s'en ressent.

Avant, quand j'étais jeune (au siècle dernier...) mon horizon se limitait à l'immeuble d'en face. Si je sentais une fragrance fleurie elle venait de ma jardinière (ou d'un flacon renversé...) et l'ambiance sonore était assurée par les voitures.

Maintenant je contemple les collines verdoyantes de mon canton, je chasse le cèpe à la fin de l'été je me pâme en écoutant le rossignol et je grappille de mûres au bord des prés.
Au fil des saisons je note l'arrivée des agneaux (et des chevreaux et veaux) dans les pâtures, je note le fleurissement des colchiques...la vraie vie quoi!

C'est donc tout logiquement que mon inspiration s’imprègne de mon cadre de vie.

Si vous avez jeté un œil sur Instagram ou Fb vous les avez vu passer:


 Voici donc ma petite (par la taille) production potagère, une cagette pleine de micro-légumes!
La majeure partie est faite de coton, avec une pointe de lin pour certain détails.

Pour vous donner une idée de l'ampleur des dégâts sur mon espace de travail (à ce stade on ne parle plus de table):



Comme ce sont des bijoux mal-aisés à photographier, je vous inflige ma papatte  boudinée pour vous montrer la bague potiron et le bracelet Summertime:



Toutes les boucles d'oreille sont à 20€, les broches et bagues à 10€ et le bracelet est à 25€.
L'ensemble est à votre disposition à la boutique (par correspondance les frais de port sont en sus)

Sinon, dans le thème "j'ai une vie rurale", nous sommes en plein dans les préparatifs du comice (qui aura lieu les 19 et 20 août)
Ainsi, hier après-midi, avec une chouette petite équipe de bénévoles nous avons commencé à décorer des arches de bienvenue (qui seront disposées aux entrée du village). Notre paire d'arches sera colorée et laineuse, je ne vous en dis pas plus mais il y aura des photos... (et pi si vous venez vous pourrez les voir en vrai!)

Bon, c'est pas tout ça mais j'ai un métier!


A+ 

vendredi 2 juin 2017

La fée du crochet!

 Non je ne parle pas de moi!

Voici ma dernière cloche (enfin...sait-on jamais!)
Une de celles qui m'aura donné le plus de fil à retordre malgré sa petite taille.

Je voulais une scènette rappelant Peter Pan mais l'imagerie de l'histoire est parasitée par Walt Disney (mais je préfère la version de Loisel) et en plus je voulais m'éloigner du fan-art.
Autant dire que je n'étais pas sortie de la mouise...

Voilà t'y pas que je me souviens d'avoir croisé la route numérique d'une blogueuse dont le nom m'avait fait baver d'envie: la fée Crochète!

Mais c'est bien sûr, la voilà la bonne idée!

C'est ainsi que je me suis attelée à la tâche, faire une fée Crochète:


C'est la plus petite de mes cloches (16x13cm) autant dire qu'il n'y a pas beaucoup de place...


J'ai tout de même pu caser ma fée crochetante assise sur son champignon préféré (un genre de russule, pour les champignophiles) avec son ouvrage et son outillage.


Une jonquille miniature pousse à ses côtés (parfum d'ambiance naturel!)

Comme vous pouvez le remarquer, elle ne porte pas son nom pour rien: je pense que son ouvrage prend des proportions inédites, peut-être que quelqu'un devrait lui suggérer de s’arrêter (je dis ça je dis rien...)

Quand je vous parlais de problèmes lors de sa fabrication, ce n'est que quand j'ai voulu poser la cloche sur l'ouvrage terminé que j'ai constaté que ça ne rentrait pas: le champignon frottait contre la cloche et Crochète se faisait une scoliose en touchant le plafond (ça se dit pour une cloche?).
J'ai donc démonté l'ensemble pour modifier le socle et l'implantation des éléments, joie de rajouter une journée de boulot à un truc (en théorie) finit!!!

Tout étant réglé, je peut fièrement la mettre à votre disposition à la boutique!
Elle est vôtre en échange de 45€ (mais le paquet cadeau est réalisé sur simple demande) par correspondance les frais de port sont en sus.

Sinon, si vous voulez des nouvelles du canton, nous sommes en plein préparatifs du comice (qui aura lieu les 19 et 20 août prochains)
D'ailleurs un atelier aura lieu mercredi prochain, si vous voulez participer rendez-vous vers 14h au centre social, ambiance garantie!

C'est bientôt l'heure de l'apéro, je vous laisse!

A+