mardi 3 mai 2016

Pov' bête!

Ce week-end, c'était l'anniversaire de ma plus grande nièce (la princesse).
Par ici pas de grande fiesta: La donzelle est en Allemagne, mais cela ne nous empêche pas de la fêter tout de même.
Comme toutes les fois où elle explore des contées exotiques (par exemple...la Pologne...) nous lui expédions un colis dans lequel nous serrons nos présents (Môman joint toujours des douceurs en supplément)
Le principe est de toujours éviter les objets encombrants, pas à cause des frais de port mais pour ne pas surcharger ses valises du retour ou encombrer son logement.

De mon côté, je lui ai fait un tout petit truc qui lui sera (j'espère) utile.
L'idée m'est venue en zonant sur Pinterest, il en existe pléthore de versions, voici la mienne:


Il s'agit d'un marque-page licorne. Un peu écrabouillée la licorne mais bon...

Le principe c'est qu'une partie du personnage dépasse du livre, comme s'il avait été coincé dans l'ouvrage.
Certaines version représentent des pieds de petite fille, un chat tout plat: Il y a le choix!
Je ne vous cacherais pas que la plupart sont en vente sur des boutiques en ligne (type ALM, Etsy ou Da Wanda), mais je ne me vois pas acheter un objet que je sais fabriquer aussi bien qu'une autre (par contre quand je ne sais pas faire c'est un vrai plaisir d'acheter à une créatrice indépendante)

Je l'ai présentée sur une petite carte expliquant la fonction de la bestiole:


[Pour les fans de laine, la crinière et la queue sont faites en Hedgehog coloris Monet]

Le tout était logé dans une boite assortie:


 Comme il est impensable d'envoyer un cadeau sans carte, le mien était accompagné d'une en relief sur le thème de "Charlie et la chocolaterie" (une de ses histoires préférées, après Harry Potter)


 Petit détail: Si vous pensez que c'est pour une fillette à couettes, la princesse vient de fêter ses vingt deux printemps et bien qu'elle soit toujours ma PETITE princesse, elle me mange le bortsch sur la tête...
Pour la prochaine fois, il faudra que j'arrête avec les licornes, c'est la troisième que je lui offre!

Mes tulipes gèlent sur pied, ma pivoine envisage de fleurir: c'est bien le printemps!!!

A+

mardi 19 avril 2016

Addict

Pour rester dans ma tendance "C'est pas commercial, je fais ce que je veux"
Je viens d'achever un autre invendable.

Je vous avais déjà parlé de Peaky Blinders (ma série chouchoute du moment).

J'ai décidé de l'illustrer au crochet.

Quitte à faire une poupée pas pour enfant (tout un concept) autant faire un bookmaker, assassin (dangereux quoi!) s'exprimant avec un accent irlando-gitan à couper au couteau...

Voici donc mon interprétation des bas-fonds du Birmingham des années 20:


Casquette molle (on ne voit pas de lame de rasoir, mais il doit y en avoir de cousues sur la visière...) col dur, montre-gousset en or et grand manteau noir: on y est!
La clope sans filtre était incontournable (le whisky aussi mais je ne l'ai pas mis)

Au moment de la prise de vue, Monsieur posait avec un butin de choix:


Une caisse sortant des usines BSA, contenant... Je ne vous spoilerais pas la saison 1 (pas vue? Vous ne savez pas ce que vous ratez!) mais c'est une rapine qui pourrait être fort payante... Ou pas!!!


Il attend quelqu'un mais qui? Un membre de l'IRA? Un flic? Une femme?
On verra bien (moi je sais!)
Je n'ai pas réussi à reproduire les brouillards anglais, mais ce n'est pas facile-facile d'en trouver au printemps en Bourgogne...
[Si vous vous demandez où j'ai trouvé la caisse, sachez que je ne l'ai pas volée dans les entrepôts BSA mais que je l'ai fabriquée de mes propres mains avec un cageot]

Ce Peaky Blinder mesure 18cm de haut, il est crocheté en coton, laine et acrylique avec un crochet de 1mm.

Il est disponible (avec sa précieuse caisse) à la boutique au prix de 75€ (et je peux vous faire un paquet cadeau sur simple demande!)

Pendant ce temps, je termine un châle que vous verrez bientôt...

A+

mercredi 13 avril 2016

Incorrigible

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours lu.
D'abord les aventures de Oui oui, puis le Club des cinq, puis des ouvrages plus ardus (mais toujours du roman)
En parallèle, j'ai découvert la BD.
Pif gadget, Spirou, Spécial Strange, puis des ouvrages plus adultes.

Côté BD, une fois sortie de la petite enfance il m'a bien fallut me rendre à l'évidence que cette littérature était dirigée vers les garçons. Ça ne m'a jamais gênée.

Dessinant beaucoup, je me suis mise à gribouiller des filles... avec des gros seins... pas très vêtues...
D'aucuns y verront une soumission larvée aux stéréotypes genrés et misogynes... Moi pas: je les ai souvent trouvées puissantes, limites déesses païennes, ces filles.
C'est juste une vision du féminin, pas réaliste pour deux sous mais ludique comme pas une.

C'est ainsi qu'en féministe convaincue, je persiste à créer des femelles concupiscentes et/ou disponibles (du moins en apparence)

Là, vous vous demandez où je veux en venir (et vous n'avez pas tort)

Et bien c'est tout simple:
Ces temps-ci le commerce est atone par chez moi (comprendre que je ne vois quasi personne à la boutique)
Du coup mon petit vélo cérébral tourne bizarrement, je le laisse en roue libre.
N'ayant aucun client, je me retrouve totalement libérée des impératifs commerciaux. Quitte à faire des choses qui ne se vendent pas, autant savoir pourquoi!

C'est là qu'on retombe sur le sujet précédent: les filles à gros seins pas très vêtues:

Je vous présente donc Madame de., libertine décontractée du corset!


Perruque poudrée, loup, mouche, corset brodé et téton apparent: tout est là!


Mais ne vous trompez pas, même si sa taille est étranglée, que ses jambes sont gainées de bas et que ses seins semblent disponibles à quiconque... Qui s'y frotte s'y pique! (j'aurai peut-être dû lui faire une cravache...)


Ma petite invendable de coton fait 22cm de haut (de la base de ses talons jusqu'au sommet de sa perruque). 

Si vous désirez acquérir Madame de., sachez qu'elle est disponible en échange de quelques Euros (75 pour être exacte)

J'en profite pour vous rappeler que je peux aussi réaliser des commandes personnelles, il vous suffit de me contacter via l'onglet en haut à droite ou dans les commentaires.

C'est tout pour aujourd'hui, je retourne à ma table où m'attends un autre invendable...

A+

mardi 29 mars 2016

Le dernier de la saison

Dans le numéro d'hiver 2015 d'Interweave crochet, un gros pull m'avait fait de l'oeil.

Le genre gros, long, grandes manches, mangeur de laine. Autrement dit, typiquement celui que je ne ferais jamais (trop de pelotes à acheter, crochet qui fait mal aux bras...)

Et puis arrive le jour où je tombe sur un paquet de pelotes chez Noz: grise avec un fil lamé doucement bleuté, 12€ les dix pelotes (de 100g) d'acrylique, je vous confirme le craquage intégral!



C'est ainsi que finalement je l'ai fait ce pull:


Je vous présente ma version du Hawksbill turtleneck de Jill Hanratty. (achetable, en anglais, ici)
Bon, autant vous prévenir tout de suite, il n'est pas compliqué à faire. Non non, ce sont les explications qui sont toutes pourrites!!!
Le point est nébuleux, le décompte des mailles ne tombe pas juste: un véritable enfer sur terre!
Pour vous donner un exemple, il m'a fallut refaire cinq (ou six) fois le premier rang après le col pour tomber juste!

J'ai vérifié sur le forum de Crochet me: la plupart des crocheteuses a abandonné.
L'exemple même du patron qui n'est pas passé entre les mains de testeuses avant publication... Pour un patron payant c'est rageant!
C'est d'autant plus énervant que c'est un chouette modèle, confortable et facile à faire (une fois qu'on a trouvé comment faire).
De plus, il a beau être grand, il est rapide à finir (le point grimpe vite).

Du côté de mes pelotes, tout va bien: étant en acrylique le pull ne pèse pas le poids d'un âne mort, il est doux comme une fesse de bébé (il risque de boulocher par contre) et le prix est imbattable (surtout que je suis loin d'avoir tout utilisé!)

Je sais bien que je ne le remettrais pas d'ici l'automne prochain, mais je suis bien contente de l'avoir à mon tableau de chasse!

Pour ne pas rester sur une note trop négative, je vous montre le châle que j'ai fait en même temps:


 C'est le châle Aranuir de Jasmin Räsänen, un patron gratuit (trouvable là)
 Il est en anglais mais avec les diagrammes on s'en sort (malgré quelques imprécisions)
Crocheté en 4.5mm il monte vite.
Le mien est fait avec une pelote de Jawoll Magic dégradé de chez Lang, complétée d'une pelote d'alpaga Drops. Le tout acquis lors de l'Aiguille en fête.

Bon ben voilà, c'est tout pour aujourd'hui!

Non, j'allais oublier! 

La deuxième saison de Peaky Blinders vient de s'achever sur Arte. J'en suis raide dingue!!!
C'est une des meilleures séries que j'ai jamais vues: le casting est impérial, le scénario itou, sans parler de la bande son (rhaaaa! Nick Cave!!!)
Je ne saurai trop vous la recommander (malgré le nombre de cadavres émaillant le récit, y'a du sang, z'êtes prévenus!)

Là c'est tout!

A+
   

jeudi 17 mars 2016

Batman, ma salle de bain et moi

Pinaise! Je bas des records en fréquence de publication!

Je pourrai, oui je pourrai vous badigeonner d'alibis.
Mais je ne le ferai pas (je suis trop bonne parfois)

Faisons plutôt comme s'il ne s'était rien passé...

Pour une fois, vous allez voir (trop la chance) un morceau (tout petit le morceau) de mon humble masure.
Une fenêtre, pour être exacte.
Un rideau d'une fenêtre, pour être encore plus exacte.


Dans ma salle de bain (c'est là qu'est la fenêtre) j'avais de charmants rideaux, taillés dans un voilage 1930 tout à fait charmant.
Ma salle de bain est trrrès ensoleillée (juste l'après-midi et quand le soleil daigne paraître mais quand même).
Si l'on ajoute l'effet des UV à l'âge de mes rideaux on obtient de la charpie vintage au fond de la bassine où trempait les dits rideaux (certes au bout de quelques années d'usage mais le désarroi est grand)

Qu'à cela ne tienne, me dis-je, je vais en crocheter!

Je vous ai déjà parlé des rideaux de Belle-île? J'en ai fait pour ma mère et pour une amie mais pas pour moi.
Justement, une connaissance m'avait offert le patron d'un modèle que j'aime beaucoup (Sarah Bernhard en l’occurrence)
Comme j'avais le bon fil, je m'y mets dès que l'idée germe (pour vous situer l'action, on est entre Noël et le jour de l'an)
Le temps de finir une première moitié (du premier rideau) et je réalise qu'il est beaucoup trop grand pour ma fenêtre et pas adaptable (ne me parlez pas d'échantillon, ça ne marche pas ici)

Qu'importe, je vais me créer mon propre motif (le filet c'est comme le jacquard ou le point de croix: avec une bonne feuille à petits carreaux on fait ce qu'on veut)

Comme je fais une fixette sur Batman, le motif était tout trouvé (et j'évitais les têtes de mort...)

Je me lance donc.
Je suis satisfaite du résultat.

Je change donc d'idée (je vais bien tout va bien...)
Parce que Batman il protège Gotham et que Gotham y'avait pas sur mon rideau!!!

(là on est en février)

Je refais le tout (avec Gotham) et... J'attends...
Qu'il y ait un rayon de soleil!
Pinaise, mes batteries sont vides (oui, celle de secours aussi)!
Merdoum mes vitres sont craspecs!
Flûte j'ai oublié de rentrer un fil!

(là on est aujourd'hui)

Mes vitres sont toujours aussi sales, mais les photos sont là et les rideaux aussi!!!
(même s'il manque les pitons pour les tringles basses)

Je vous montre?


Et ouais! Le bon gag c'est qu'avec du soleil on ne voit pas le motif!!!

Un gros-plan s'impose:


En bas, c'est comme ça:


Comme vous pouvez le constater, ces rideaux ne servent à rien dans le domaine de l'intimité. Comme je n'ai pas de vis à vis, ça n'a strictement aucune importance chez moi.

Si ça vous amuse , je vous donne mes diagrammes:



Je vous épargne les immeubles (j'ai tellement bidouillé que mon dessin est illisible) mais le principe est simple:
Chaque carré représente trois brides, pour un vide c'est une bride plus deux mailles en l'air.
Le reste n'est qu'une histoire de poteau et d'intervalles...

Pour info, la réalisation se fait d'un côté à l'autre et non-pas de haut en bas.
Les deux parties sont reliées par des chainettes.
Dans les îles, ont ajoute un petit grain toutes les 20 mailles (une bride piquée dans la maille précédente)

Les miens sont faits avec un crochet de 1mm et un coton type Cébélia (DMC)

La bonne nouvelle, c'est que si vous êtes encore là c'est que vous avez survécu à ma tartine de texte!
L'autre bonne nouvelle c'est que c'est la fin de mon billet!

C'est bientôt Pâques: abusez de chocolats (si vous aimez) abusez de cris d'enfants (idem)
Après tout: C'est l'printemps!!!

A+

mercredi 24 février 2016

La force est avec mon crochet!

Bonjour tout le monde!

Non, je ne m'étais pas vaporisée dans la stratosphère: J'ai juste pris quelques vacances (trop bien donc trop courtes)

Entre-temps un certain nombre de kilomètres de fils est passé entre mes doigts, trop pour vous montrer tout (environ un an de billets)
Passons plutôt à l'actu toute fraiche de l'atelier!

Depuis que j'ai vu le dernier Star Wars, un personnage hante mon cervelet. Je pense que c'est le plus réussi du film (même si Rey est très prometteuse, je ne parle pas d'elle)

Ne laissons pas le suspens s'installer plus longtemps, il s'agit de l'adorable, drolatique et dragueuse Maz Kanata.

Bon sur ce coup je me suis faite griller par la supersonique Ahooka (rhalala la jeunesse m'épuise!) qui vous propose sa version treu mignone à voir par là.

Comme la mienne était déjà avancée (enfin...juste la tête) et qu'elle n'allait pas du tout être dans le même style, j'ai persisté.
En plus, la tâche était "simplifiée" pour moi parce que des images étaient disponibles sur le net alors qu'Ahooka a tout fait de mémoire (photographique, la mémoire!)

Voici donc le résultat de mes élucubrations mailleuses:


Une petite (15cm) Maz, toute en coton (du Puppets n°12) crochetée en 1.25mm.
Ses vêtements sont en fils divers (laine, acryl, coton tout ce qui tombe sous ma main quoi!).
Elle est blindée d'accessoires (bijoux, gri-gris variés) crochetés en 0.75mm.


Je suis assez fière de ses bottes (faites en Araucania, on ne se prive d'aucun luxe!)


Comme vous pouvez le constater, le bazar ne s'arrange pas dans mon atelier...Mais la force est avec moi, ce n'est donc pas important!

Pour ceux qui passent dans la Nièvre, elle est en vente à la boutique au prix de 75€ mais je peux vous l'expédier sur simple demande (les frais de port sont en sus)

Sur ce, je retourne à ma table de travail.

A+

mardi 26 janvier 2016

Liberté, liberté chérie...

Attention, dans ce billet on va pouvoir constater à quel point je suis réactive à l'actualité.

Attention bis, il va y avoir du nichon! (une bonne façon de vérifier la réactivité de Facebook vis à vis de la nudité...)

L'actualité donc.
Je ne vous raconte pas ce qu'il s'est passé à la fin de l'année dernière. Tout le monde est au courant et proche de la nausée (que ce soit à cause des évènements ou de leur couverture médiatique).
Suite à tout "ça" je voulais marquer le coup à ma façon (autrement qu'en chialant/déprimant dans mon coin)

Très rapidement, avec la prolifération de tours Eiffel, drapeaux tricolores et autres républicanneries, une image s'est imposée: La Liberté guidant le peuple de Delacroix.
Je suis sensible à son œuvre (La mort de Sardanapale et ses carnets de voyage surtout) flamboyante, farouche, épique, tout ce que je ne sais pas faire en dessin en somme!

Entre-temps, l'Obs met Camélia Jordana en une, en Marianne. (visible par là)

Un buzz un rien crétin est déclenché.
Je me sens à la ramasse avec ma liberté.

Et puis crotte!
Le crochet c'est lent (moins que le tricot mais quand même)
Mes articulations protestent.
La liberté est immortelle.
Je me lance!


Toute de coton, faite au crochet 1.25mm, poitrine à l'air libre, elle est moins farouche que l'originale mais j'aime sa rondeur.

Avant de vous la montrer en pieds, je dois vous dire que je n'ai reculé devant aucun sacrifice:
Son corps est complet sous la robe, je me suis décarcassée à lui faire de belles fesses, des mollets potelés et des pieds délicats! On ne les voit pas à cause de sa robe mais tout est là (et je n'en suis pas peu fière!)
Pour tout vous dire, elle est même callipyge...


Je ne me sentais pas de faire le reste du tableau, mais je crois que le bordel cataclysmique de ma table de travail fait l'affaire (à croire que c'est la révolution permanente par ici!)

Je suis contente qu'elle tienne debout toute seule, malgré le poids du drapeau.
Je suis contente du rendu de sa poitrine.
Je commence à envisager de recréer la mort de Sardanapale.
Je crois que je ne suis pas tout à fait saine d'esprit...


L'état d'urgence me fait braire (pour une vache c'est cocasse)
La liberté est belle, farouche et ne supporte aucun conditionnel (au hasard une sécurité factice...)
Ne lâchons rien...

A+

édit:
Après avoir partagé ce billet sur Facebook, quelle ne fût pas ma surprise: Au lieu de voir apparaitre la première photo de l'article pour l'illustrer, c'est un des clichés de la marge de droite qui a été publié!
Sachant que tout cela se fait automatiquement, je ne sais qui incriminer, Fb, Blogger, le gluon du trou???
Afin de palier le manque d'image, j'ai donc posté la première photo additionnée de charmants caches en forme de croix noire sur les offensants tétons... A priori, ça passe...
Je ne sais que penser des personnes qui se sentent offensées par:
-primo des seins
-secundo des seins au crochet!!!
Et vous?